"La Ville de Caen en parle ... "

Interprètes

Carlo Allemano, ténor
Il étudie le chant à Turin, puis remporte le concours Toti dal Monte à Trévise en 1989 et le prix Lauri Volpi en 1990. Après des débuts salués par la critique en Italie, il chante Verdi, Schoenberg, Bellini, Gluck, Saint-Saëns, Dallapiccola, sous la baguette de Zubin Mehta, Claudio Abbado, Riccardo Muti, Christophe Rousset… Depuis 1995, sa collaboration avec le Wiener Staatsoper lui permet de se produire dans des opéras de Mozart et Strauss. Il se consacre également au concert : musique sacrée de Rossini, Puccini, Mascagni, Schubert, Respighi… Ses prochains engagements le conduiront au Haendel Festival de Halle pour Hercules de Haendel et à Lille pour Tamerlano de Haendel, sous la direction d'emmanuelle Haïm.

Nicholas Angelich, piano
Né aux Etats-Unis en 1970, il étudie auprès d'Aldo Ciccolini, Yvonne Loriod, Michel Beroff, Marie-Françoise Bucquet et suit les masterclasses de Leon Fleisher, Dmitri Bashkirov et Maria Joao Pires.
Très vite il remporte les grands concours internationaux (Concours International R.Casadesus, Concours International Gina Bachauer, Prix des jeunes talents du “Klavierfestival Ruhr”…).
Passionné de musique de chambre, il joue avec Joshua Bell, Renaud et Gautier Capuçon, Dimitri Sitkovetsky, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Paul Meyer, les Quatuors Ysaÿe et Prazak. Animé par un profond intérêt pour la musique contemporaine, il a travaillé avec Messiaen, Boulez ou encore Stockhausen.

Jean-Louis Barbier, direction
Chef d'orchestre, chef de choeur, directeur artistique, Jean-Louis Barbier témoigne de plus de 20 ans d'expérience dans le milieu musical international. Son enthousiasme et son talent l'ont amené à traverser toutes les époques et tous les genres avec la même passion, la même rigueur, allant du répertoire baroque à des oeuvres très contemporaines, de l'oratorio à l'opéra et au grand symphonique. Depuis 2005, il est professeur de chant choral et dirige le Choeur de Chambre de Caen.

Jean-Louis Basset, direction
Né à Caen, ancien élève de R. Grell pour le trombone et de M. Dutriez pour la contrebasse, Jean-Louis Basset entre au CNSM de Paris où il obtient un 1er prix de trombone et y poursuit des études d'harmonie et de contrepoint avec A. Bernaud. Puis il se tourne vers la direction d'orchestre et travaille essentiellement avec H. Swarowsky à Vienne et F. Ferrarra à Sienne. Avec l'Orchestre de Caen, il accompagne des solistes internationaux comme B. Finnilä, C. Helffer, A.M. Miranda, A. Navarra, M. Rippon, M. Rudy. Il a également dirigé de grandes oeuvres contemporaines en présence de compositeurs comme K. Stockhausen, I. Malec, Y. Nodaïra, Y. Taïra. Il est le premier chef invité de l’Orchestre de Caen depuis septembre 2006 et jusqu’en juin 2009.

Raphaël Chrétien, violoncelle
Après avoir obtenu deux premiers prix de violoncelle et de musique de chambre au CNSM de Paris, il est admis en cycle de perfectionnement et remporte plusieurs récompenses internationales (Grand prix et prix du public au Concours International de Belgrade). Reçu alors soliste de l’Orchestre Symphonique de Londres et membre du quatuor Arpeggione, ses activités de concertiste l’amènent à se produire aujourd’hui dans le monde entier en soliste et en musique de chambre. Sa discographie est régulièrement saluée par la presse (ffff de Télérama, 10 de Répertoire, “sélection de l’année” du Monde…).
Professeur au conservatoire de Caen, il dispense également des master-classes à l’Ecole Normale de Musique de Paris ainsi que dans diverses académies estivales (les Arcs, Nancy…).

Rahel Cunz, violon
Rahel Cunz est originaire de Suisse. Elle étudie d'abord avec Rudolf Bamert à Zurich et avec Aida StLicki-Piraccini à Winterthur. Elle se perfectionne ensuite avec Joseph Gingold, Gérard Poulet, Boris Belkin et Rainer Kussmaul. Elle a remporté de nombreux prix dans divers concours comme le Jugendmusikwettbewerb, le Hans-Ninck-Wettbewerb, le concours de l'Eastern Music Festival aux USA, l'Internationalen Brahms-Wettbewerb en Autriche, le Prix de la Ville de Saint-Gall, celui de la bourse Migros…
Depuis 1994, elle est violon solo de l'Orchestre de Winterthur. Elle participe à de nombreux festivals (Riva del Garda, Davos, Prague…) en tant que soliste ou comme partenaire en musique de chambre.

Jean-Michel Douillard, hautbois
Premier Hautbois à l'Orchestre des premiers prix du CNSM de Paris et à l'Association des Concerts Pasdeloup, Jean-Michel Douillard s'est régulièrement produit avec l'Orchestre National de France, l'Orchestre philharmonique de Radio-France, puis comme cor anglais solo à l'Opéra de Paris. Il est, depuis 1983, professeur au conservatoire de Caen et hautbois solo de l'Orchestre de Caen.

Mark Foster, direction
Directeur de l'Orchestre des Pays de Savoie pendant 10 ans, premier chef invité et consultant à la Villa Médicis à Rome depuis 1997, il est nommé chef principal invité de l'Orchestre de Caen depuis septembre 2000. Il a, auparavant, collaboré en concert ou à l'Opéra (Berlin, Zürich, Lyon) avec Guiseppe Sinopoli, Daniel Barenboïm, Ferdinand Leitner, Jesus Lopez-Cobos, Heinrich Hollreiser, Armin Jordan, Peter Eötvös, Emmanuel Krivine, l'Orchestre Symphonique du Westdeutscher Rundfunk à Cologne, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, l'Orchestre National de France, l'Orchestre de la RAI de Turin et de Milan, le Radio Sinfonie Orchester de Berlin, le collegium Musicum de Zürich, l'Ensemble ASKO d'Amsterdam, l'ensemble Intercontemporain, les Orchestres Nationaux de Lille et de Lyon.

Vincent Genvrin, orgue
Après des études auprès de Jean Boyer, d’Odile Bailleux, Xavier Darasse, il se perfectionne en Belgique avec Bernard Foccroulle et Jean Ferrard. En 1988, il remporte le premier prix du Concours Guilmant à Boulogne-sur-mer et en 1994, le prix international du disque de la Société Liszt de Budapest. Il est titulaire, à Paris, de l’orgue historique François-Henri Clicquot de Saint-Nicolas-des-Champs et de l’orgue Schwenkedel de Saint-Thomas-d’Aquin. Il s’est distingué par une dizaine d’enregistrements discographiques salués par la critique. Professeur d’orgue à l’Institut Catholique de Paris depuis 1988, il est titulaire du Diplôme d’État de professeur de musique (instruments anciens) et du Certificat d’Aptitude (orgue).

Jean Guillou, orgue
Organiste titulaire des grandes orgues de Saint-Eustache à Paris, il est avant tout un compositeur qui a su faire reculer considérablement les limites techniques du jeu instrumental, pour élaborer et développer un monde musical singulier et d'une grande individualité, mais que la notoriété de l'interprète a laissé quelque peu dans l'ombre. Il a étudié l’orgue auprès de Marcel Dupré, l’harmonie auprès de Maurice Duruflé et l’analyse musicale auprès d’Olivier Messiaen. Il a composé plus de 60 oeuvres pour les formations les plus diverses et enregistré de nombreux disques, dont l’intégrale de Jean-Sebastien Bach et de César Franck. En 1982, il a reçu le titre de “International Performer of the Year”, accordé par l’American Guid of Organists (AGO).

Jean-François Heisser, piano
À l'image de son instrument, il vit la musique de façon polyphonique et pratique le piano seul, concertant ou en formation de chambre, en contrepoint de l'enseignement et de la direction artistique de festival ou d'orchestre. Homme de réflexion autant que de sensibilité, il est de ces pianistes rares qui avancent sans ornières et sans autres compromis que ceux concédés à la musique. Il se produit régulièrement avec les Quatuors Prazak, Lindsay et Ysaÿe, Marie-Josèphe Jude et Peter Csaba.
Depuis 1991, il transmet son expérience au CNSM de Paris. Il préside également l'Académie Maurice Ravel de Saint-Jean-de-Luz et assure la programmation des Soirées musicales d'Arles. En 2000, il a repris la direction artistique de l'Orchestre régional Poitou-Charentes.

Jacob Heringman, luth
Le luthiste américain Jacob Heringman a suivi l'enseignement de Jakob Lindberg au Royal College of Music de Londres, puis celui de Pat O'Brien à New York. Considéré comme l'un des luthistes les plus novateurs de sa génération, il est sollicité par de nombreux ensembles de musique médiévale et renaissance (The Rose Consort of Violes, Fretwork, The King Singers, The Dufay Collective, The King's consort…) comme soliste, continuiste ou chambriste. En 1990, il fonde l'ensemble Virelai, spécialisé dans la musique des 15e et 16e siècles. Formé à la Technique Alexander, auprès de Karen Wentworth, il enseigne au Trinity College of Music, à Londres (où il vit depuis 1987), ainsi que dans de nombreuses académies de musique ancienne.

Lazar Ingmar, piano

Aujourd’hui âgé de 13 ans, Ingmar Lazar commence le piano à l’âge de 5 ans. Jeune virtuose, il est remarqué rapidement lors de différents concours (1er Prix UFAM, Claude Kahn, FLAME, EPTA) et invité à jouer en France (Moulin d’Andé, Schola Cantorum, salle Cortot) ou bien par Christian Labrande dans “Musiciens en Herbe”, émission diffusée sur MEZZO, et à l’étranger (Théâtre Garibaldi à Figline valdarno, Salle Philharmonique de Ljubljana, à Moscou et avec l‘orchestre de Chioggia). Il participe à différentes master-classes en france et à l’étranger. Actuellement il travaille le piano auprès de valéry Sigalevitch et l’harmonie avec Françoise Levechin Gangloff.

London Sinfonietta
Fondé en 1968, cet ensemble occupe aujourd’hui une place de premier rang parmi les ensembles internationaux spécialisés dans la diffusion du répertoire contemporain. Il a commandé et créé des oeuvres des plus grands compositeurs (Kurtág, Kagel, Boulez, Lindberg, Reich, Carter, Eötvös, Benjamin) et, bien sûr, donne aux compositeurs installés en Grande Bretagne une place de choix dans sa programmation. L’ensemble est placé sous la direction artistique de Gillian Moore et se décline depuis l’instrumentiste soliste jusqu’à la grande formation. Ses nombreux enregistrements font référence. Le London Sinfonietta a lancé en 2002-2003 son propre label d’enregistrements en concert.

Pascal Moraguès, clarinette
Première Clarinette Solo à l'Orchestre de Paris depuis 1981, il poursuit une brillante carrière de concertiste. Partenaire de musique de chambre particulièrement sollicité, il est membre du Quintette Moraguès, de l'Ensemble Viktoria Mullova et de l'Ensemble de Katia et Marielle Labèque.
On le retrouve également aux côtés de C. Eschenbach, S. Richter, C. Zacharias, H. Grimaud, S. Bishop, N. Gutmann, et des quatuors Borodine, Prazak, Sine Nomine, Ysaÿe, Parisii et Talich. Il est régulièrement invité à se produire en Europe, au Moyen-Orient, aux Etats-Unis, en Australie et au Japon. Professeur au CNSM de Paris depuis 1995, il a enregistré une quinzaine de disques unanimement salués par la presse internationale.

Roger Muraro, piano
Grand Prix des Concours Internationaux Tchaikovsky et Franz Liszt, Roger Muraro est considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands interprètes de l’oeuvre d’Olivier Messiaen. La spiritualité et la virtuosité qui émanent de son jeu sont totalement liées à la générosité de son discours musical et c'est avec une égale et émouvante sincérité qu'il aborde l'oeuvre de Schumann, Mozart ou encore Ravel (dont il a enregistré l'intégrale de l'oeuvre pour piano), mais aussi celle des musiciens russes auxquels il reste attaché. En France et à l'étranger, il collabore avec les orchestres internationaux et les chefs les plus prestigieux. Il a reçu, en février 2001, la Victoire de la Musique dans la catégorie “Soliste instrumental”.

Olivier Peyrebrune, piano
Après des études au conservatoire de Bordeaux dans les classes de piano, violon et écriture, il entre au CNSM de Paris, où il obtient trois premiers prix, dont le premier prix de piano à l'unanimité avec félicitations. Il travaille avec dominique Merlet puis se perfectionne aux côtés de Jacques Rouvier.
Il participe à de nombreux concerts de musique de chambre, et joue comme soliste sous la direction de différents chefs (I. Kabaïev, J.J Kantorov, J. Schröder…). Invité des festivals (La Roque d'Anthéron, périgord noir, Flâneries musicales de Reims…), il a également enregistré plusieurs disques pour le label Ambroisie. Olivier Peyrebrune enseigne au conservatoire de Caen depuis avril 2004.

Alain Planès, piano
De l’Université d’Indiana à Pierre Boulez : c’est ainsi que pourraient, en raccourci, se dessiner les débuts de la carrière d’Alain Planès, devenu depuis lors l’un des pianistes les plus remarqués de sa génération. Après des études à Lyon puis Paris, où Jacques Février fut son mentor, il se perfectionne aux Etats-Unis auprès de Menahem Pressler du Beaux Arts Trio, Janos Starker, György Sebök, William Primrose. Pierre Boulez lui propose de devenir, dès sa création, pianiste soliste de l’Ensemble Intercontemporain, où il restera jusqu’en 1981. En musique de chambre, il a été le partenaire de Maurice Bourgue, Shlomo Mintz, Michel Portal, les quatuors Prazak et Talich et a joué, entre autres, avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, les orchestres de l’Opéra de Paris, la Monnaie de Bruxelles.

Quatuor Amedeo Modigliani
Fondé en 2003, le Quatuor Amedeo Modigliani intègre la classe du Quatuor Ysaÿe au Conservatoire Supérieur de Paris et participe aux master-classes de Walter Levin, des quatuors Alban Berg, Julliard, Hagen. Il obtient le premier prix à l’unanimité du CNSM de Paris. Depuis septembre 2004, le quatuor a intégré le programme de formation professionnelle ProQuartet. Révélation du concours international de quatuor à cordes d'Eindhoven en octobre 2004, la jeune formation est lauréate du Forum Musical International de normandie, de la Fondation Cziffra et du Concours Européen de Musique de Chambre de Paris. Il est invité à se produire avec des interprètes de renom tel Roland Pidoux, Henri Demarquette, Jean-François Heisser, Pascal Amoyel…

Quatuor Onyx
Formé en 1997, le Quatuor Onyx obtient un premier prix de musique de chambre au CNSM de Paris en 1998 et intègre le cycle de perfectionnement dans les classes de Jean Sulem et Jean Mouillère où il rencontre György Kurtág. Il poursuit sa formation à Proquartet avec Walter Levin (Quatuor LaSalle), Paul Katz (Quatuor Cleveland), Thomas Kakuska et Valentin Erben (Quatuor Alban Berg), Rainer Schmidt (Quatuor Hagen). Après avoir remporté plusieurs prix de concours internationaux il s’est produit au Musée d’Orsay, au Festival d’Aix-en-Provence, à la cité de la Musique à Paris, à l’Opéra de Strasbourg, en Espagne, en Autriche… Il est en résidence en Seine-et-Marne avec le soutien de l’association ProQuartet pour une action pédagogique en milieu scolaire général et musical.

Quatuor Tournières
Le Quatuor Tournières est composé de Vincent Jaussaud (violon), christophe Denel (violon), Henri-Jacques Béguin (alto) et christophe Béguin (violoncelle). Créé en 1995, il parcourt les grands classiques du quatuor à cordes, mais également des oeuvres moins connues du public. Son répertoire s’étend de Jadin à Chostakovitch, de Haydn à Huber, de Mozart à Webern en passant par Boccherini, Beethoven, Mendelssohn, Schubert, Fauré, Cras, Kurtág…
Il se produit à Caen, dans le cadre de la Saison Musicale de l’Orchestre de Caen et du festival “Aspects des musiques d'aujourd'hui”, mais aussi en Basse-Normandie, ou encore en Savoie ou au Festival de Cluny.

Yvon Quénéa, flûte
Particulièrement intéressé par le répertoire du XXe siècle, Yvon Quénéa participe aux productions d'ensembles comme l'Itinéraire, 2E2M. En musique de chambre, il se produit régulièrement au sein du Quatuor de flûtes Ulysse, avec lequel il est lauréat de la Fondation Menuhin et demi-finaliste du Concours International Gaudeamus à Rotterdam. Flûte solo de l'Orchestre de Caen, membre du trio Marsyas, il enseigne au conservatoire de Caen depuis 1985.

Emmanuel Rossfelder, guitare
Après sa Médaille d’Or, il intègre la prestigieuse classe d’Alexandre Lagoya au CNSM de Paris et en devient, à 17 ans, le plus jeune guitariste lauréat avec deux premiers prix à l’unanimité.
Il se lance alors dans les concours internationaux et reçoit plusieurs récompenses : “Masters de la guitare” de Paris, Prix Pierre Salvi délivré par le Ministre Français de la culture, Stotsenberg (USA), Walcourt (Belgique), Benicasim (Espagne), Viña del mar (Chili)…
Concertiste reconnu, il se produit sur les grandes scènes internationales et est lauréat de la Fondation Natexis, “Découverte” Classica, ”révélation Classique” par l’Adami. En 2004, il est la “Révélation soliste Instrumental de l’Année” des Victoires de la Musique Classique.

Caroline Sageman, piano
Enfant prodige, Caroline Sageman reçoit les leçons de piano de Denyse Rivière, elle-même disciple de Marcel Ciampi et professeur de Jean-Marc Luisada. D’autres maîtres croiseront sa route : Germaine Mounier, Milosz Magin, Hubert Guillard et bien sûr Merces De Silva Telles, l’une des rares élèves d’Arrau. A neuf ans, elle remporte le premier prix du Royaume de la Musique et, à dix-sept ans, le sixième prix du Concours Chopin de Varsovie (dont elle demeure, à ce jour, la plus jeune lauréate). En mai 2000, son premier disque Chopin, paru chez Lyrinx, est celui d’un grand maître. En juin 2004, l’enregistrement de la Sonate en si mineur de Liszt confirme qu’elle est une personnalité unique dans le monde du piano.

Luca Scandali, orgue
Elève de Ton Koopman, Andrea Marcon et Luigi Ferdinando Tagliavini, il est finaliste au Concours International d’Orgue de Carouge et lauréat des Concours Internationaux d’Orgue de Milan (1992), Brugge (1994) et Innsbruck (1998). Régulièrement invité par de nombreux festivals, il se produit aussi bien en Italie qu’à l’étranger. Il est professeur d’orgue au Conservatoire de Musique “U.Giordano” de Foggia. Avec l’Ensemble Musica Prattica, il a pris part au premier enregistrement mondial (sur instruments d’époque) de Il Primo Libro delle Sonate di Violino (1675) de Aldebrando Subissati (Symphonia).

Anne-Lise Sollied, soprano
Norvégienne, elle a fréquenté les plus grandes écoles de musique de l’Europe du Nord. Elle remporte le premier prix du Concours International de Chant “Mozart Invites Young European Musicians”, à Vienne, ainsi que le Prix Spécial Mozart au Concours International de chant en Italie en 1995. Elle débute alors une carrière internationale qui la mène sur les plus grandes scènes : Opéra d’Oslo, La Fenice à Venise, Hokutopia International Music Festival de Tokyo, Opéra National de Norvège, en Allemagne, Châtelet à Paris. Citons également sa participation au Festival de Saint-Denis dans la Cantata per la beata Vergine, son rôle de Vénus dans La Didone de Cavalli (Lausanne et Montpellier), de Diana dans Ippolito e Aricia de Traetta, de Clorinda dans La Cenerentola de Rossini ou encore de Susanna dans Le Nozze di Figaro de Mozart…

Vincent Warnier, orgue
Au sein d’une jeune génération d’organistes français particulièrement brillante, il s’impose comme un chef de file incontesté, menant une double carrière d’organiste liturgique, à la prestigieuse tribune de Saint-Étienne-du-Mont, à Paris, et de concertiste à la renommée internationale. Elève d’André Stricker, Daniel Roth, Michel Chapuis et Marie-Claire Alain, il s’est distingué sur le plan international en remportant le premier grand prix d’interprétation du Concours international de Chartres en 1992. Il est alors invité les festivals les plus renommés, en France et à l’étranger, jusqu’en Amérique et au Japon. La critique internationale reconnaît en lui un artiste sensible et engagé, doté d’une technique infaillible. Témoin de la création de son temps, il prête son concours à l’audition de nombreuses oeuvres nouvelles (M. Landowski, J. Charpentier, E. Tanguy, J. Chailley, J. Lenot,…).

sources : www.ville-caen.fr