image_22Courte biographie :

Son aptitude précoce se révélera très tôt. Il prend ses premières leçons à six ans avec sa mère. Il n'aura qu'un seul maître Adalberg Zwyrny, d'origine tchèque qui lui communique ses deux passions : Bach et Mozart.

1824: Variations sur un air allemand.

1828-29 : premiers voyages.

1830 : quitte la Pologne pour l'Allemagne.

1831 :Varsovie écrasé par les Russes, il s'installe à Paris; premier concert, en présence de Liszt et de Mendelssohn ; amitié avec Delacroix, Heine, Alkan.

Frédéric Chopin huile sur toile, vers 1846.

Château de Versailles

1832-1834 : il achève et publie les douze Etudes de l'opus 10 dédiées à Liszt, 6 Nocturnes de l'opus 9 et de l'opus 15.

1834-1836 : voyage, rencontre R. Schumann. Rencontre George Sand.image_23

1837 :  premier séjour en Angleterre - sa santé se dégrade.

1846 : Sonate pour violoncelle et piano op. 65.

1847 : Rupture avec George Sand.

1848 : Révolution à Paris.

1849 : Meurt à Paris de la phtisie.

ci-contre:Frédéric Chopin et George Sand Carte postale, vers 1900, Collection privée


Frédéric F.CHOPIN

L'oeuvre de Chopin doit se replacer dans le double contexte du Piano roi de la première moitié du XIXème siècle (dont Liszt, mais aussi Thalberg, Alkan sont les brillants représentants) et dans celui des salons parisiens de la même époque.

Tout son oeuvre est pensé par et pour le clavier: résonances, glissements harmoniques, figures de virtuosité, dosage savant des registres et rapport des plans (accompagnements, mélodies) sont conçus exclusivement en fonction des mains du pianiste. La construction du style de Chopin est venue par et pour le piano. Non qu'aucune influence ne noussisse son oeuvre. Son sens mélodique est imprégnée du bel canto italien dans les Nocturnes, les rythmes typiques de la mazurka et de la polonaise, ainsi que la modalité des mélodies populaires mazoviennes parsèment son oeuvre (seize polonaises, Polonaise-Fantaisie, cinquante-sept mazurkas). Sans doute l'aspect formel est plus ambigu : à côté de maintes formes ternaires, les grandes formes issues du classicisme (concertos et sonates)  ne sont pas les plus convaincantes. Mais il s'établit dans des organisations imitées de Bach (vingt-quatre préludes aux tonalités très altérées(ré bémol majeur) et ceux aux tonalités peu altérées (do majeur).

Le sens de l'architecture construite sur des choix de timbre et de dynamique prévaut à celui de la forme. Nul programme dans ces Nocturnes, études et scherzos; quoique à fort contenu sentimental et évocateur, il n'est pas possible de dégager une narration de sa musique : elle ne parle que d'elle-même.


Sources : "Introduction à l'histoire de la musique

En Occident de l'Antiquité à nos jours." François Sarhan Editions Flammarion 2004